jeudi, juin 27, 2019
Text Size
Top Tab Content

Lémuriens : espèces primates endémiques de Madagascar, qui abrite une trentaine d’espèces. Aujourd’hui, ils reculent de plus en plus dans les forêts ou ailleurs dans les montagnes, fuyant la proximité des humains.

Dénonçons ici au passage, les préoccupations de certains ONG qui sous couverts de programmes de préservations de l’espèce les menacent directement.

 

En procédant aux baguages des jeunes lémuriens, ils perturbent durablement leurs organisations sociales : les mères abandonnent leurs enfants qui ont été en contact avec les scientifiques, qui sont composés pour la plupart de stagiaires universitaires. Et quand les autochtones chassent les lémuriens pour les identifier, il arrive qu’ils en consomment une partie. Et ceci régulièrement.

Nous avons pu observer à Ramena, un lémurien, en captivité dans un hôtel très connu : il piquait dans les assiettes et dans la cuisine au grand bonheur des touristes. Il est mort d’obésité et de diabète, des maladies d’humains. Dans la forêt de Ranomafana, en 1989, j’ai rencontré un groupe de jeunes scientifiques en bivouac , qui effectuaient des repérages, en vue de l’installation du centre américain de recherches actuel, déjà !

Les guides nous expliquaient que pour un lémurien capturé et bagué, ils en mangeaient 2 ou 3 et pouvaient même les revendre puisqu’ils sont très recherchés par les vazahas qui les exportent vers des « zoos » en Europe ou aux Comores et ailleurs.

Fil de navigation

saina
 Change EURO en ARIARY (MGA)

Recherche dans le site

Hit-parade